En cette veille de Rosh Hachana

Ma vie de maman

Maminouch

La dernière page de l’année juive se tourne aujourd’hui pour s’ouvrir sur un nouveau chapitre de ta vie.  

Ah, ce fut un chapitre bien mouvementé. Un chapitre ponctué de beaucoup de points d’interrogation, de points de suspension, et parfois de quelques blancs. Mais ce chapitre est à présent clos, et un nouveau s’écrit. 
Un chapitre qui je l’espère n’aura aucun suspense, et sera parsemé de note d’espoir. 
Un nouveau chapitre qui commencerait par:
 » il était une fois, Dieu qui s’ennuyait là-haut tout seul sur son trône, décida de créer une femme. 
 

Mais pas n’importe quelle femme.

Une femme merveilleuse et incroyable. 
Une femme courageuse, combative et déterminée. 
Une femme disponible, attentive, à l’écoute et encourageante. 
Une femme énergique et intuitive. 
Une femme méthodique, motivée et organisée.
Une femme passionnée, créative et résistante. 
Une femme solide, ambitieuse et tenace.  

Il appela cette femme Malka (Reine). 
Parce qu’elle fut appelée à régner de nombreuses années sur une famille plutôt peu conventionnelle.  

Alors il la vêtit de grosses godasses, d’une épée, ainsi que d’un bouclier. 
Ce qu’il vit lui plut. 
Il la plaça alors sur le rebord du monde, puis, d’un  beau coup de pied au cul  l’expédia parmi les humains.  

Il apporta de gros coussins et des pop-corn (gout pomme/cannelle, les meilleurs !), se pencha par-dessus les nuages, et observa.  

Il vit une femme cherchant sa place dans ce monde étrange. 
Une femme qui avait le doux rêve de fonder une grande, belle et harmonieuse famille. 
Dieu ricana de là-haut. Parce qu’il connaissait bien sa création. Et il savait qu’il l’avait plutôt conçue pour une vie solitaire, libre de toute obligation. Une vie qu’elle passerait sur une île déserte, à manger des noix de coco, des baies sauvages et à pêcher du poisson.  

Mais cette femme fut tentée par un autre chemin, et contra donc les projets de Dieu. 
Le spectacle de son aventure fut mouvementé, et plein de rebondissements.  

Il la vit choisir son doux roi avec application, puis mettre au monde 1, 2, 3… 6 beaux princes et princesses. 
Il la vit se démener du mieux qu’elle put dans cette vie qu’elle s’était choisie mais qui restait contre nature. 
Il la vit courir du matin au soirêtre dépassée, perdre patience. Il la vit trimer, s’écrouler de fatigue, parfois couler.  

Mais il fut surpris de finir par l’apercevoir se remettre en question, s’améliore, tomber pour mieux se relever. Il la vit faire de son mieux avec les capacités qu’il lui avait accordé.  

Il vit aussi la rancœur de ses enfants. Et ça lui fit de la peine. Si seulement elle avait choisi la voie qu’il avait tracé pour elle…  

Mais Malka était une battante, une aventurière. Et elle se fit un malin plaisir à prouver à son créateur que malgré toutes les difficultés et embûches, elle avait tout de même réussi à élever 6 merveilleux enfants. 
Des enfants profonds, bons, pleins de qualités humaines. Elle avait réussi à construire une famille unie et soudée, ou l’entente et la bonne humeur était admirée de tous.  

 La fierté de Dieu en prit un coup. 
Comment lui, maître de l’univers avait-il pu autant se planter quant à la réussite spectaculaire de cette femme ?!  

Lorsque la vie de cette grande famille lui parut un peu trop calme, qu’il eut fini son paquet de pop-corn et recommença de nouveau à s’ennuyer, il décida de lui ajouter de nouveaux obstacles. 
Il avait trouvé Malka si résistante, qu’il se dit que tant qu’à faire, pourquoi ne pas accabler également ses enfants. 
Histoire de voir comment ils se débrouillent avec… 

Il planta donc à cette femme une tumeur dans le sein. Puis lui en ajouta d’autres. Un peu partout. Au cas où la première se sentirait seule… 
Il fit perdre la vue à son fils aîné. 
Puis à son second fils. Pour ne pas laisser l’aîné seul dans son malheur sans doute…
Décida que le troisième serait épileptique et se chercherait des années durant.
Il mena la seconde de ses filles dans les bras d’un homme tourmenté, déséquilibré et violent. Il la vit tomber sous son emprise et se faire détruire peu à peu. 
Il accabla la dernière de lourds troubles alimentaires. La faisant passer de l’anorexie, à la boulimie, puis à la dépression, à sa guise.  

Puis il se dit soudain que ça faisait peut-être quand même beaucoup, qu’il avait sans doute exagéré. 
Dans sa grande générosité il décida donc de gracier l’aînée des filles. Peut-être parce qu’elle se nommait Sarah, fille de Malka. 
Princesse, fille de Reine. Et qu’il lui avait accordé les forces nécessaires pour s’occuper de sa petite famille toute cabossée.

Alors, il arrangea ses coussins, se fit livrer un McDo et quelques bières. Et attendit la suite…

Il vit cette jolie famille s’éloigner les uns après les autres de leur créateur, lui reprochant sa cruelle absence. Il ne l’appelèrent plus du nom d’Éternel, mais devint pour eux  » l’Éternel absent ». Il surprit des discussions  des phrases très dures furent prononcées.
Ils le trouvaient lâche, insensible, et injuste.
Le comparèrent à un capitaine qui aurait abandonné son navire en pleine tempête et observerait son équipage couler au loin, sans agir.

Puis il vit le combat prendre le dessus sur la rancœur.

Il contempla le fils ainé s’acharner dans ses études, décrocher un doctorat, épouser la femme de sa vie et devenir le père exemplaire de deux adorables blondinettes. 
Il observa le second fils se plonger dans la philosophie, devenir un homme vrai, et profond. Se transformer en un grand voyageur, faisant vaillamment le tour du monde en canne blanche. 
Il regarda le troisième fils consacrer sa vie à essayer de se rapprocher de son créateur, le connaître, le rendre fier de lui. Il le vit rencontrer une charmante jeune fille, en tomber amoureux et la demander en mariage.
Il vit la seconde des filles réussir à larguer son tortionnaire, s’enfuir loin avec bravoure, et se créer une nouvelle vie riche, pleine d’activités et d’amis. 
Il assista au combat de la petite dernière, il la vit se prendre en main dans un centre médical, lutter contre ses démons et ouvrir son cœur à un nouvel amour. 
Et il aperçut Sarah, fille de Malka, essayer de son mieux de parsemer des éclats d’amour et d’espoir à sa petite famille si courageuse. Consolant les uns, conseillant les autres. S’investissant dans le bonheur de chacun.

Dieu finit par remettre le destin de cette famille en question. 
Peut-être avait-il été trop dur avec elle…
Peut-être que Malka ne s’était pas si mal débrouillée après tout. 
Peut-être qu’elle méritait d’enfin couler des jours paisibles et heureux parmi les siens…  

Alors, il décida en cette nouvelle année juive, que cette femme, et cette famille, auraient la possibilité d’écrire eux même le nouveau chapitre de leur vie, et qu’il les aiderait à atteindre leurs objectifs, à jouir enfin d’un peu de sérénité… 
Il décida de se retirer pour leur foutre un peu la paix.  

Et Dieu, sur le rebord du monde continua à s’émerveiller de cette précieuse famille.
Qu’il prenne juste garde, à trop se pencher, de ne pas finir par tomber. Parce qu’elle aurait des comptes à lui demander ! »
 

Chana tova ma famille et ma maman chérie. 
Vous êtes les trésors de ma vie. 
Vous êtes uniques et exceptionnels. 
Je vous aime à l’infini.  

Merci Dieu de m’avoir comblée en me faisant naître dans cette famille extraordinaire.
Puissions nous toujours être si aimants, si unis et si soudés. 
 

Sarah. 

  • 2 octobre 2019

    Sarah au travers de ce que tu viens de relater. Tu m’as permis de prendre de vos nouvelles. Juste un. Mot wouah !!!! J’ai encore mes souvenirs de cette jolie famille soudée quand vous habitiez Yerres. La je découvre les épreuves traversées et le courage de les affronter. Je confirme vous êtes toujours extraordinaires y compris ta maman. Que D’ fasse que cette année vous soit douce et comblée de bonheur Refoua complète. Passes bien le bonjour à ta chère Maman qui mérite amplement le nom et statut de Malka. Je suis suis fière de ton joli parcours au travers de ce que tu partages sur Facebook et ton blog. Que D’ te protège ainsi que ta famille Sarah Chana tova. Bises Sylvie guedj

  • 2 octobre 2019